Extrait du livre

L’œil la regarde. Il sera sans complaisance. Depuis le temps qu’il l’observe, qu’il reçoit son monologue, sa pose figée. Le chrome de l’objectif reflète la robe en lin de Gersende. Un rouge sirop de cuberdon. Elle en raffole. Depuis la mort de Victor, elle laisse libre cours à sa gourmandise, en achète au marché du samedi, place saint Denis. Elle a cette petite frustration de ne pouvoir grignoter le pourtour pour atteindre au meilleur, à ce secret sanguinolent. Comme elle le fait d’une carotte crue dont elle ronge la périphérie avant de goûter au sucré de sa moelle. C’est vrai aussi pour les gens, pense Gersende, il faut s’accommoder de l’extérieur pour les atteindre au cœur.